fbpx

Tous ego face aux critiques ?

D’un collègue, d’un proche ou d’un inconnu, les critiques peuvent surgir de toute part. Comment expliquer que certaines nous atteignent si durement quand d’autres glissent sans nous effleurer ? Comment gérer des critiques qui touchent à notre ego et que l’on vit comme des agressions ?

Qu’est-ce que la critique ?

Le Larousse définit le fait de critiquer comme « porter sur quelqu’un un jugement défavorable en en faisant ressortir les défauts, les erreurs ». Ce sont donc les remarques que l’on reçoit et que l’on juge négatives. Elles peuvent émaner d’un inconnu croisé dans la rue comme de quelqu’un de très proche, et nous toucher profondément… ou pas du tout.

Les différents types de critiques

L’émotion que suscite une critique dépend de plusieurs facteurs : la personne qui l’émet, son intention, comment on se sent à ce moment-là, sa formulation et sa véracité. À partir de ces facteurs, on peut distinguer deux grands types de critiques : les constructives qui sont dans notre intérêt et permettent de nous améliorer, les destructives qui viennent chatouiller une blessure profonde, et les critiques neutres, qui sont gratuites et n’apportent rien. Dans tous les cas, la critique n’est jamais agréable, mais elle peut être perçue positivement ou négativement.

Ce que provoque la critique en nous

Les mots de la personne qui émet la critique sont en réalité neutres ; c’est notre propre interprétation qui provoque telle ou telle émotion en nous. Dans le pire des cas, cela peut être un sentiment d’humiliation, de dénigrement, voire même de colère ou de révolte. Il s’agit de prendre conscience que l’on peut aussi choisir d’autres pensées. Car nous sommes les seuls à même de classer ces critiques dans le négatif, le positif, ou la neutralité.

On ne peut contrôler ce que pensent les autres, ni ce qu’ils disent. On peut certes leur demander de respecter nos choix et d’éviter les remarques, mais ce n’est pas garanti qu’ils le fassent. Donc faire reposer notre bien-être intérieur sur ce que nous disent les autres, ne serait-ce pas renier notre propre pouvoir ?

Comment réagir face à la critique ?

Mettre PAUSE

le temps de prendre un peu de recul, pour mieux prendre conscience de nos interprétations. Que réveillent ces quelques mots en moi ? La critique peut susciter :

  • une pensée sur moi : qu’est-ce que ça dit de moi ? Est-ce que cette critique fait écho à quelque chose qui me paraît vrai ? Est-ce que mon ressenti est approprié ?
  • une pensée sur la personne qui l’a émise : qu’est-ce que ça dit sur elle ? Quelle est son intention ? Est-ce que ça ne reflète pas son propre mal-être ?
  • une pensée sur la relation : qu’est-ce que ça dit de notre relation ? Est-ce sincère ou uniquement pour me blesser ?
A lire :   SOS, je n’attire que des pervers narcissiques !

Ce sont ces trois pensées qui vont orienter nos émotions. À partir de cette prise de conscience, nous pouvons passer la critique à travers d’autres filtres :

  • La personne est-elle qualifiée pour me critiquer ? Si ce n’est pas le cas, la critique est neutre.
  • La critique émane-t-elle d’une personne bien intentionnée à mon égard ? Si c’est le cas, elle peut être positive.
  • La critique me blesse-t-elle démesurément ? C’est qu’elle touche à notre ego, et il est mauvais conseiller…
  • La personne est-elle en train de projeter ses propres souffrances dans la critique qu’elle émet ? Si c’est le cas, elle se veut destructrice, et la personne mérite notre compassion, bien plus que notre attention.

Détachez ensuite le message du messager

peu importe qui vous le dit, voyez si le message vous parle. Est-ce que la critique est vraie pour vous ? Une fois que vous avez séparé le message du messager, vous pouvez focaliser de manière plus sereine sur le message et ce que ça peut vous apporter.

Si la personne critique quelque chose qui ne vous semble pas lié au réel, vous pouvez définitivement l’écarter (pas la personne, la critique !). Par exemple, si on vous dit que vous êtes hautain alors que vous êtes juste réservé, vous n’avez pas à vous justifier, vous savez que cette critique n’apporte rien.

Mais une critique, aussi bien intentionnée soit-elle, peut néanmoins blesser quand elle touche à une croyance profonde que nous avons sur nous-même. Elle peut renvoyer à des blessures plus anciennes, à un manque de confiance en soi, à une certaine fragilité. Cette émotion négative nous veut du bien, elle peut être un signal à prendre en compte.

C’est alors une force et non une faiblesse que de dire « tu as raison ». Être ouvert aux remarques permet de progresser, d’avancer. Que faire pour changer cela chez moi ou pour arrêter de me sentir blessé par rapport au sujet de la critique ?

Il s’agit d’accepter que nul n’est parfait, lâcher prise sur ce perfectionnisme… c’est le début de l’amour de soi. Les critiques peuvent ainsi nous aider à grandir, nous apprendre à renforcer notre confiance en nous. Quand le besoin de reconnaissance et d’amour est comblé, on subit moins la critique, on en émet moins aussi.

A lire :   Comment rester focus sur ses objectifs ?

« Personne ne peut vous faire sentir inférieur sans votre consentement » – Eleanor Roosevelt