fbpx

La procrastination : votre ennemie

La procrastination : votre ennemie

Qui n’a jamais passé des heures à scroller sur les réseaux sociaux quand il y a bien plus important à faire ? Cette tendance à se disperser pour mieux remettre les tâches au lendemain porte un nom : la procrastination. Comment s’en sortir ?

Chez les procrastinateurs, toutes les excuses sont bonnes pour repousser sans cesse le travail à faire au lendemain. Et lorsqu’ils sont pris en flagrant délit, les excuses prêtent à sourire : “le chat voulait jouer avec moi”, “je devais absolument ranger le grenier avant d’attaquer ce dossier”, “tu sais très bien que je ne peux pas rater un épisode de Santa Barbara”…

Dans une vidéo TED, le bloggeur Tim Urban, grand gourou de la procrastination, explique parfaitement ce qu’il se passe dans la tête d’un procrastinateur en puissance (et c’est très drôle).

Mais qu’est-ce qui nous pousse à faire des choses inutiles plutôt que de nous concentrer sur la réalisation de nos projets ?

Un sérieux problème

Le côté humoristique de ce syndrome s’arrête lorsque la procrastination mène à des épisodes de stress intense pour respecter des délais, ou à un sentiment d’échec quand, submergé, on finit par abandonner.

La procrastination est souvent prise pour de la fainéantise. C’est en réalité beaucoup plus sérieux.

Car lorsque vous repoussez toujours tout au lendemain, cela peut cacher une peur de ne pas être à la hauteur. Pour éviter de souffrir de ce sentiment de ne pas y arriver, vous préférez faire l’autruche et retarder le moment de vous mettre à l’ouvrage. Sauf que quand il s’agit d’une tâche que vous êtes obligé de faire, arrive un moment où vous n’avez plus le choix : il faut vous y mettre. Vous vous démenez alors pour terminer dans les temps. Résultat : travail bâclé, sentiment de “j’aurais pu faire mieux” ou abandon.

Chez les employés, la procrastination peut entraîner des licenciements. Chez les entrepreneurs, ce manque de confiance en soi peut faire stagner un projet personnel très longtemps. Dans les deux cas, des sentiments négatifs (culpabilité, anxiété, estime de soi en chute libre… ) forment alors un cocktail explosif.

Comment arrêter de procrastiner dès maintenant ?

Il existe plusieurs astuces efficaces mais temporaires pour barrer la route à la procrastination. Vous pouvez par exemple :

  • vous éloigner au maximum des distractions en allant travailler dans un café, une bibliothèque, en faisant place nette sur votre bureau ou en mettant des boules quiès si vous êtes en open-space.
  • installer des applications mobiles comme Space ou QualityTime qui vont bloquer l’accès à certains sites ou applications pendant un temps prédéfini, de manière à travailler sans interruption, ni tentation.

Travailler sur les causes profondes de votre procrastination

Les astuces précédentes peuvent vous aider, mais cela reste superficiel. Car pour soigner le mal à la racine, il faut rechercher et comprendre les causes profondes de votre procrastination, en vous posant ces questions :

En répondant objectivement, vous découvrirez ce qui est à l’origine de ce comportement procrastinateur.

Si vous vous rendez soudainement compte que la tâche n’est pas si difficile et qu’il ne faudra pas de délai supplémentaire pour la finir, qu’est-ce qui vous en empêche ? Peut-être un manque de confiance en vous qui vous fait voir la tâche comme une montagne infranchissable… Une fois que vous avez pris conscience de cette peur injustifiée, il sera plus facile de définir un délai et de le respecter.

Si au contraire vous pensez que la tâche est objectivement insurmontable, c’est que vous avez besoin d’aide, tout simplement. Il n’y a pas de mal à ça, donc inutile de perdre davantage de temps.

Enfin, si vous ne voyez pas vraiment l’intérêt de la tâche à accomplir, qu’elle n’est pas alignée avec vos objectifs et ambitions, vous connaissez la raison profonde de votre procrastination. Ce n’est pas de la fainéantise, c’est juste que ça ne fait pas sens pour vous, donc la motivation ne suit pas.

Voilà une excellente occasion de vous demander ce que vous voulez vraiment, votre “pourquoi”. Car quand vous êtes passionné par quelque chose, vous déplacez des montagnes sans vous en rendre compte, non ?

L’importance d’une vision à long terme

Une solution pour avoir moins peur : vous organiser avec une to-do list où vous découperez vos objectifs (long terme) en petites tâches (court terme). Encore faut-il être clair sur ce qu’est un objectif (monter une boîte ou rendre ce dossier de 50 pages) et une tâche (déposer le nom de mon entreprise ou rédiger le premier chapitre du dossier).

Ne vous attaquez pas directement à l’objectif final, vous ne ferez que procrastiner et serez vite découragé. Commencez toujours par le plus facile, à savoir une tâche qui vous prendra maximum une heure, puis une autre. Pas à pas, vous avancerez doucement mais sûrement vers cet objectif que vous ne verrez plus comme une montagne infranchissable.

Votre objectif doit donc se présenter comme une succession de tâches les plus simples possible, d’où l’importance de faire une to-do list claire avec des délais pour chaque tâche.