fbpx

S’aimer d’abord soi-même pour aimer l’autre

S’aimer d’abord soi-même pour aimer l’autre

Peut-on aimer sans s’aimer soi-même ?

Nous recherchons souvent à l’extérieur ce qui ne dépend que de nous : que l’amour de quelqu’un nous “comble”, par exemple. Mais l’amour d’autrui peut-il combler le manque d’amour de soi ? Et comment aimer quelqu’un si l’on ne s’aime pas soi-même ?

Qu’est-ce que s’aimer soi-même, concrètement ?

S’aimer soi-même, c’est porter un regard positif sur soi et éprouver de la bienveillance envers ses pensées et comportements, quels qu’ils soient. C’est aimer ce que vous êtes profondément (valeurs, centres d’intérêt, passions…) et non ce qui vous définit (nom, sexe, nationalité, métier…).

Celui qui s’aime sait accepter ses parts d’ombre sans jugement. Il est à l’écoute de lui-même, connaît ses imperfections, et ne craint pas de travailler dessus pour s’améliorer afin de mieux profiter de la vie. Plus globalement, il sait l’importance de prendre soin de lui et de sa vie au quotidien.

Prendre soin de soi, c’est se prendre en compte. Écouter ses propres besoins. Reconnaître que nous existons, que nous occupons une place dans le monde, et que nous avons le droit de nous sentir bien, de nous procurer du bien-être dans tous les compartiments de notre vie.

Fina Sanz

Comment savoir si je ne m’aime pas ?

Celui qui ne s’aime pas va constamment être dans le rejet de soi, le doute, la honte, la culpabilité, la dévalorisation, l’autocritique… Il a une tendance marquée à l’autosabotage. Il détruit tout ce qui lui arrive de positif car il pense qu’il ne le mérité pas. Autre indice : il lui manque toujours quelque chose pour être heureux, et il va le rechercher à l’extérieur, dans le plaisir de la consommation par exemple, ou en développant une dépendance affective envers ses proches.

Comment expliquer que certains s’aiment quand d’autres se détestent ?

Nous avons tous besoin d’amour, et celui qui ne s’aime pas en a parfois manqué à un moment important de sa vie, ou on ne lui a simplement pas appris à s’aimer. Ainsi l’enfant qui a manqué d’amour ou de reconnaissance va devenir un adulte éternellement insatisfait, car cela va devenir l’objet de son éternelle quête auprès d’autrui. Il va donc rechercher chez l’autre la vision positive de lui-même satisfaisante qu’il ne parvient pas à avoir. La valeur qu’il se donne va dépendre totalement de perceptions extérieures, et il va devenir dépendant de cette validation par autrui.

Dans d’autres cas, la personne mal-aimée va inconsciemment chercher à reproduire ce schéma, allant vers ceux qui ne l’aiment pas, dans une obsession quasi masochiste.

D’autres circonstances de la vie, pas forcément liées à l’enfance, peuvent aussi mettre à rude épreuve notre perception de nous-même. C’est le cas des déceptions amoureuses, amicales, familiales ou professionnelles, des objectifs non-atteints, des ruptures… La confiance en soi en prend un coup, et l’amour de soi, s’il est fragile, est en chute libre.

Quelles sont les conséquences du manque d’amour de soi dans une relation de couple ?

Les répercussions du manque d’amour de soi sur nos relations amoureuses sont nombreuses, tout simplement parce qu’il est difficile de donner ce que l’on a pas… Celui qui n’a pas confiance en lui-même ne pourra pas faire confiance à son partenaire, par exemple. Il en devient possessif et méfiant. Son besoin d’être aimé et reconnu passe avant ses propres sentiments. Et lorsqu’il parvient à donner de l’amour, celui qui ne s’aime pas se sent dépossédé de quelque chose.

Il croit que l’amour de l’autre peut combler le manque d’amour de soi. Mais l’angoisse de ne pas être aimé est toujours là, et finit par ressurgir. D’ailleurs, celui qui ne s’aime pas va constamment mettre à l’épreuve l’amour de l’autre, consciemment ou non, car il veut s’assurer qu’il est sincère et inconditionnel. Ce faisant, il fragilise la relation, ce qui est une manière de s’auto-saboter.

Résultat, ce genre de relation est généralement voué à l’échec. Celui qui ne s’aime pas va, peu à peu et inconsciemment, détruire la relation. Le partenaire finit par fuir cette situation impossible d’amener l’autre à s’aimer davantage. De son côté, celui qui ne s’aime pas va poursuivre sa quête, cherchant à être aimé à tout prix, sans forcément éprouver lui-même de l’amour. Ses relations sont alors bancales, car les attentes sont différentes.

Qu’est-ce qu’une relation de couple saine ?

Lorsque les deux partenaires s’aiment assez eux-mêmes, ils ne cherchent pas à se définir par rapport à l’autre. La relation n’a pas d’autre objet qu’elle-même et l’amour qui la porte. Elle est une base solide où chacun respecte l’espace de l’autre, et où l’investissement de l’un et l’autre dans la relation est équilibré. Il n’y a ni frustration, ni dépendance affective, ni rivalité. En résumé, lorsqu’on s’aime soi-même, l’amour que nous porte l’autre et celui que l’on éprouve ne font que nous rendre meilleur, plus épanoui et plus heureux.

Il n’est jamais trop tard pour apprendre à (s’)aimer…

Ultime preuve que l’amour d’autrui (relation amoureuse, amicale ou familiale) ne vous aidera pas à vous aimer vous-même : si vous décidez de faire un travail sur vous dans ce sens, votre thérapeute ne vous donnera pas de l’amour pour que vous vous aimiez davantage… II vous assurera une relation faite essentiellement d’écoute bienveillante, d’exercices et de conseils ciblés. S’aimer soi-même est un apprentissage, une pratique de la bienveillance envers soi, et vous êtes le seul à pouvoir vous l’offrir.