Suivez-moi :

   Gacimi Coaching
117 avenue Hassan II Casablanca – Maroc
Contact@hindgacimi.com
+212 6 61 38 96 07

Comment ralentir et prendre du temps pour soi ?

On nous a appris à aller vite, à respecter des deadlines, à vivre à 100 à l’heure, ce qui peut déclencher un stress néfaste. Alors quand prendre du temps pour soi devient vital, on s’accorde une pause, bien méritée.

L’urgence des tâches à accomplir, les deadlines, la productivité… Tout ceci donne le sentiment de “rester dans la course”. Ajoutez à cela une vie sociale bien remplie, une vie de famille et des activités diverses, et l’épuisement n’est plus très loin. S’autoriser à ralentir est une expérience qui permet de prendre du recul, et d’instaurer des moments pour soi dans une routine surchargée. Rassurez-vous, vous ne perdrez pas en efficacité au quotidien, bien au contraire !

Les signes qui ne trompent pas

Comment savoir si vous êtes en surmenage ? Quelques indices physiques, psychiques et comportementaux sont révélateurs : tensions musculaires, fatigue chronique, troubles du sommeil, stress, palpitations, irritabilité, aigreurs d’estomac, intestins douloureux… Si vous êtes concerné par au moins un de ces symptômes, il est peut-être temps de ralentir le rythme. Comment ? Revoir vos priorités est le premier pas vers une routine heureuse.

À noter que vivre à toute allure peut aussi constituer un refuge : on fuit parfois ses propres pensées/problèmes/sentiments en s’occupant constamment pour éviter de réfléchir. Or cette fuite en avant peut avoir de mauvaises répercussions plus tard… 

Si vous êtes en pleine prise de conscience quant à l’urgence de ralentir, les astuces suivantes sont pour vous.

En route vers la “slow life”

La slow life fait l’éloge de la lenteur. Le concept est apparu dans les années 1980 en Italie, lorsque les habitants de Rome se sont opposés à l’arrivée d’un McDonald’s. Leur argument ? Le droit de refuser la fast-food pour privilégier la slow food. Depuis une dizaine d’années, le mouvement “slow” s’est étendu à de nombreux domaines, de l’éducation au tourisme en passant par notre rapport à la nourriture et à la consommation, avec un seul objectif : la qualité avant la quantité, pour davantage de bien-être.

Si on arrêtait de courir après la perfection ?

Quelques astuces à appliquer pendant un mois, pour tester le concept de slow life :

  • Oublier les listes interminables et culpabilisantes : classer ses notes et se faire une liste – réalisable – par jour.
  • S’efforcer de se concentrer sur une tâche à la fois.
  • Oser demander des délais supplémentaires au travail.
  • Apprendre à dire non.
  • S’accorder le droit de ne pas être joignable à tout moment.
  • S’aménager des moments de pause au travail (idéalement toutes les 1h30), pour s’étirer, rêvasser, ne penser à rien.
  • Déconnecter pour une marche contemplative par jour, idéalement en pleine nature.
  • Redécouvrir les bienfaits de la sieste. 20 minutes suffisent !
  • S’offrir une demi-journée par semaine pour ne s’occuper que de soi.
  • Se mettre à une activité non-compétitive : yoga, pilates, méditation, natation, vélo, marche… au-delà de la détente que procure l’activité sportive, le fait qu’elle soit non-compétitive aide à ne plus se soucier des autres, donc à réfléchir à ce qui fait sens pour soi.
  • Cela peut aussi être une activité créative comme le dessin, la sculpture… Quelque chose que l’on aimait faire enfant mais laissé de côté trop longtemps.
  • Prendre quelques jours de vacances à ne rien faire pour y voir plus clair.

Lorsque vous aurez aménagé votre routine, vous vous rendrez compte qu’il n’est pas impossible de concilier vie privée, vie professionnelle ET bien-être. Décélérer permet même d’améliorer sa productivité au travail, et d’y voir plus clair dans ses objectifs (ce qui permet de mieux les atteindre). Le slow offre la possibilité de réinjecter du sens dans nos actions.

Un rendez-vous avec soi-même

Une dernière astuce, et pas des moindres, pour prendre du temps pour soi et en profiter pleinement : le hygge (à prononcer “houga”), inspiré par les Danois. L’idée ? Prendre soin de soi et se faire plaisir pour passer agréablement les longs mois d’hiver. Plus concrètement, il vous faudra un coin confortable et cosy, un plaid, une bougie, un chocolat chaud, un bon bouquin… et si vous avez une cheminée, c’est encore mieux ! Le hygge aide les Danois à mieux vivre les soirées d’hiver, dont ils décident de profiter en conscience. Le concept se conjugue aussi au pluriel : un repas partagé, un jeu de société entre amis… En bref, le hygge, c’est bonjour les endorphines (hormones du plaisir) et adieu le stress !

Aller plus loin :

Éloge de la lenteur, et si vous ralentissiez ? de Jean-Carl Honoré

Le livre du Hygge, mieux vivre la méthode danoise, de Meik Wiking